L’ostéopathie et l’escalade

escalade
grimpeur en falaise

La pratique de notre passion commune, l’escalade, offre un double atout pour la santé du dos :

  1. renforcement combiné de la musculature postérieure et gainage abdominal
  2. étirement par la suspension

Or sa pratique répétée, en salle comme en falaise, peut entraîner des micro-traumatismes par sur-sollicitation des différentes structures : articulations, muscles, tendons et ligaments.

 Les principales zones à risque :

  • les membres supérieurs : épaules, coudes, poignets et doigts à la grimpe,
  • les cervicales à l’assurage (positions prolongées en extension),
  • les chevilles et genoux en réception,
  • le bas du dos lors du transfert de poids…

Comment l’ostéopathie peut-elle soulager et accompagner la performance du grimpeur ?

Le traitement ostéopathique des sportifs privilégie les techniques d’ostéopathie structurelle. En effet, les zones les plus souvent sollicitées dans la pratique sportive sont essentiellement d’ordres ostéo-articulaire et musculo-squelettique, accompagnées de douleurs musculaires. Bien entendu, il ne s’agit pas là d’une réalité figée et l’ostéopathe adapte ses techniques à son patient (âge, morphologie, antécédents, etc.).

Les techniques précises doivent être à la fois efficaces et sans danger pour ne pas nuire à la reprise de l’activité et à la récupération. L’objectif est d’éviter au maximum la mise au repos. Dans tous les cas, il permet de raccourcir considérablement la durée d’immobilisation ou de consolidation des blessures les plus graves (entorses et tendinites notamment).

Le traitement doit donner un résultat dans la séance, sur au moins un des paramètres de la pathologie : baisse de la raideur, gain d’amplitude articulaire, baisse de la douleur pour restituer les conditions qui permettent le retour à la physiologie. Conseils sur les techniques de grimpe à éviter/modifier temporairement et étirements complètent la séance.

 

En aigu (moins de 3 semaines) ou en chronique (plus de 6 mois), ne laissez pas traîner douleurs et raideurs ! Alors pour préparer la saison, un séjour en montagne, récupérer d’une sortie grandes voies intense ou traiter « le quotidien du grimpeur », consultez votre ostéopathe !

Reconnaissance de l’ostéopathie

Colonne vertébrale

L’ostéopathie est officiellement reconnue en France depuis l’article 75 de la loi n°2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. N° 54 Page 4118. Les décrets d’application qui encadrent cette profession sont parus le 25 mars 2007. Ils définissent les actes ostéopathiques autorisés ainsi que la formation pédagogique minimum nécessaire à l’obtention du diplôme en ostéopathie (D.O.).